Date

Neuvième lune, An 303|Été

Liens utiles

Contexte
Intrigues
Règlement
Guides
Postes vacants
Prédéfinis
Bottins
Annonces

Et pendant ce temps là dans le Conflans (Ramsay)



 

Ouverture du forum le 08/08/18 !

Merci de privilégier les postes vacants ! :D

Le forum est optimisé pour Chrome ~


Partagez|

Et pendant ce temps là dans le Conflans (Ramsay)

Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Maison
Messages : 9
Date d'inscription : 31/08/2018
Multi-compte(s) : Aucun
Feat : Rory McCann

Feuille de personnage
Titre: Aucun
Âge: 32 ans
Situation amoureuse: Célibataire
MessageSujet: Et pendant ce temps là dans le Conflans (Ramsay) Lun 3 Sep - 6:17



Et pendant ce temps là dans le Conflans
Ramsay Bolton • Sandor Clegane


Lorsque Sandor Clegane arriva en vue des Jumeaux, la forteresse-pont sur le fleuve, il constata que la foule était de sortie. Les paysans vassaux de la Maison Frey affluaient dans le pré face au château fluviale, plusieurs queues devant plusieurs tables en bois où des scribouillards notaient des choses sur leur parchemins. Les paysans s'étaient ramenés avec des sacs de farines, des volailles, des porcs et autres. Clegane soupçonna que ça devait être le jour de l'impôt, et que tous les loqueteux se ramenaient pour payer en nature. Sandor arrêta son cheval devant le pont-levis et descendit. Il se dirigea vers un sergent en arme. Il ouvrit la bouche pour prononcer une parole, lorsque dans la foule de paysan en arrière plan, quelqu'un quelque part cria à l'intention du sergent d'arme :

« Le Nord se souvient ! Les Stark vont vous botter le cul ! »

Le sergent l'ignora et observa méfiant le nouveau venu en scrutant Clegane :

« Qu'est-ce que tu viens faire ici le caverneux ? C'est un château civilisé ici, pas un taudis pour les têtes infernales comme la tienne. »

« Je cherche un logis pour la nuit, je... »

Le crétin dans la foule couina encore :

« Le Nord se souvient ! Les Stark vont vous botter le cul ! »

L'homme d'arme brandit un majeur obscène en direction de la foule, afin d'adresser un doigt d'honneur à l'emmerdeur. Puis il sortit sa gourde et s'envoya une rasade de gnôle. Il reporta son attention sur Clegane.

« Tu veux crécher ici ? Ma foi, un caverneux comme toi qui à une armure comme la tienne, Lord Walder pourrait en avoir l'usage. »

Le crétin hurla encore :

« Le Nord se souvient ! Les Stark vont vous botter le cul ! »

Le garde laissa tomber sa gourde, dégaina son épée et fonça dans la foule en courant pour essayer de courser l'emmerdeur. Clegane en profita pour passer le pont-levis et entrer aux Jumeaux.

…………………………

La grande salle de banquet. Clegane attendait debout et nerveux face à la table du seigneur sur l'estrade. Absolument personne à part lui encadré par deux gardes qui tenaient des lances. Clegane jeta un coup d'oeil à l'endroit. C'est ici qu'avaient eut lieu les Noces Pourpres et que le roi du Nord y était passé avec tous les siens. Il entendit un bruit et tourna la tête. Juste à côté de la grande table, se trouvait une espèce d'énorme chose cubique, qui était recouverte par un grand drap de velours pourpre. On avait cousu un blason sur le drap : l'écorché de Fort-Terreur hurlant et bras en croix. Le symbole des Bolton. Clegane fronça les sourcils. Qu'est-ce que ? Tout à coup la vaste porte s'ouvrit brutalement. Lord Walder entra vivement. Sandor fit mine de s'agenouiller. Il venait pour quémander le gite et le couvert pour la nuit après tout. Et il savait que les puissants de Westeros aimaient à voir ramper les gens du commun avant de leur accorder une quelconque faveur. Lord Walder couina :

« Reste debout mocheté ! »

Il trottina vers lui et se planta en face. Sandor dut baisser le regard vers le vieux, Walder Frey était un nain en comparaison du Limier. Le vieux Frey planta son doigt en plein milieu du vaste torse de Clegane.

« Une face cramée ? Y'en a qu'une seule dans le Conflans à ma connaissance qui rôde depuis des mois. Ne faisons pas comme si je ne savais pas qui tu étais mocheté. Et tu as une sacré histoire, comparé à celle de tous les empaffés et les sous-doués qui vivent sous mon toi ! »

Le vieux trottina en contournant la table seigneuriale. Il prit place sur son fauteuil de lord, qui était surmonté par deux motifs en bois représentant les deux tours des Jumeaux. Le vieux Walder se prit une coupe de vin. Un cafard passa sur la table. Le vieux abattit son poing et l'écrabouilla.

« Et un point pour moi ! Tu ne défieras plus jamais la Maison Frey ! »

Un espèce de grondement parvint de l'espèce de chose cubique recouverte d'un drap aux armoiries des Bolton.

« Messire, je demande juste l'asile pour la nuit, je... »

« Encore du vin ! »

Glapit le vieux tout en se triturant une peau morte sur sa main. Une gamine apparut vite fait en portant une flasque d'alcool. Elle s'empressa de resservir la coupe du lord avant de disparaître aussitôt.

« T'as vu un peu ça mocheté ? C'était ma femme. Juste 14 ans et son miel est tout à moi ! Franchement, c'est pas une pouliche bien dans sa primeure ? Jolie minois non ? On a envie d'en croquer rien n'y manque ! Ça donne pas envie de faire une mêlée avec elle sur un dessus de lit mauve en forme de coeur? »

« Euh... »

Un cafard passa en douce sur la table. Lord Frey le désintégra du plat de la main.

« Et un point pour moi ! Un ennemi de la Maison Frey vient de périr ! »

« Messire, je... »

« Ouais ça va, on a comprit. Tu peux rester ici ce soir mocheté. Je reçoit un convive de marque et ta présence au banquet pourrait l'émoustiller. Le rejeton Bolton aime les horreurs selon la rumeur. »

Il y eut un mouvement dans le machin recouvert d'un drap aux couleurs des Bolton. Sandor le désigna du pouce :

« C'est quoi ça ? »

« ça ? Un cadeau pour le rejeton Bolton, j'entretien mes relations avec son géniteur. Après tout c'est le gouverneur du Nord. »

Walder le vaniteux fit un geste dans le style nous-n'avons-pas-les-mêmes-valeurs. Un de ses gardes obtempéra aussitôt. Il se dirigea vers le cadeau et souleva le drap de velours. En fait il recouvrait une cage. Dedans tournait en rond un espèce de féroce fauve jaune à la peau tacheté de noir. La bestiole gronda et montra les dents. Clegane écarquilla les yeux.

« Par toutes les putes du bordel de Littlefinger ! Qu'est-ce que c'est que cette chose !? »

« Je l'ai fait venir d'Essos. Ce genre de fauve ne vit pas sous nos latitudes, mais les seigneurs d'Astapor ou de Quarth aiment les chasser. Un léopard je crois que ça s'appelle. Le rejeton Bolton va sûrement apprécier le cadeau, avec un truc pareil il va faire fureur en soirée désormais, à chaque mondanité organisée par son père. »

Le garde remit le drap en place pour dissimuler le cadeau. Clegane ouvrit la bouche pour remercier Walder Frey de l'accueillir pour la nuit. Un cafard passa sur la table. Le vieux l'envoya au paradis des cafards d'un poing brutal, il couina :

« Et un point pour moi ! T'emmerderas plus jamais la Maison Frey ! »

…………………………

La soirée avait commencé. 100 personnes dans la salle de banquet à vue de nez. On avait foutu Clegane à la table du seigneur. Il mâchouillait les morceaux de son plat en faisant la gueule. Aucun serviteur n'osait s'approcher de lui pour lui proposer de se resservir dans un plat. Un Clegane qui faisait la tronche, ça vous tuait dans l'oeuf toutes les conversations. Walder le facétieux avait un sacré sens de l'humour. Il l'avait foutus juste à côté de la place vide de l'invité d'honneur de la soirée (qu'on attendait encore) juste pour lui foutre les jetons/lui faire une blague. Avec sa gueule brûlée, Sandor ne passait pas inaperçu. Un des petits-fils de Walder tenta de soulever le drap pour regarder à l'intérieur de la cage. Le léopard lui balança un coup de patte sur la main. Un des Frey rôta et exigea du vin en agitant sa coupe. Un Frey au visage grêlé défia au bras de fer un Frey au visage vérolé. Un Frey ivre monta sur la table en demandant l'attention de l'assistance. Il avait une blague à raconter. Quelques autres Frey l'applaudirent du bout des doigts sans convictions. Le Frey ivrogne raconta son histoire. Ça commençait par : « C'est un Lannister, un Stark et un Baratheon qui entrent dans une taverne. » Tous les autres Frey qui l'écoutèrent, se mirent à se marrer comme des imbéciles sans savoir pourquoi. Sandor Clegane cligna des yeux. Il avait cette expression du visage qui voulait dire : mais qu'est-ce que je fous là ? Un Frey tenta de soulever le drap du cadeau pour mater le Leopard. Il se prit un coup de patte dans la tronche. Un héraut ouvrit les portes et annonça : « IL ARRIVE !!! » Remue ménage dans la salle. Lord Walder tapa des deux poings sur la table pour réclamer le silence :

« Un peu de tenue les enfants ! Le rejeton Bolton est là ! Alors du style, de la classe, car n'oubliez pas ! Nous sommes la maison Frey, alors de l’orgueil ! De l'orgueil ! De l'orgueil ! »

La bestiole se mit à feuler derrière son drap de velours au sigle de Fort-Terreur. Sandor traduisit le glapissement de la bête par « allez tous vous faire foutre. »

Fiche codée par NyxBanana


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chien fou
avatar
Maison
Messages : 116
Date d'inscription : 25/07/2018
Multi-compte(s) : Amareil Serrett & Ceryl Kandaq
Feat : Iwan Rheon

Feuille de personnage
Titre: Fils de Roose Bolton, héritier de Winterfell, de Fort-Terreur et du Nord
Âge: 21 ans
Situation amoureuse: Marié à la merveilleuse Sansa Bolton
MessageSujet: Re: Et pendant ce temps là dans le Conflans (Ramsay) Lun 3 Sep - 14:50


Et pendant ce temps là dans le Conflans


Ft Sandor Clegane


Ramsay se souvient des multiples plaintes des paysans du Neck. Ce n'est pas à lui qu'ils s'adressaient, pas encore du moins, mais il était là lorsqu'ils ont accusé les paysans du Conflans de les avoir attaqués et d'avoir tenté de voler leurs récoltes. Résultat, l'héritier du Nord se retrouve à des lieues de chez lui, parce qu'il faut bien protéger son peuple, « c'est le devoir de tout bon gouverneur », a dit son père. Bien sûr, son père n'a pas le temps de venir lui-même protéger son peuple. Il est occupé. Ce genre de choses a le don de mettre Ramsay de mauvaise humeur, lui qui déteste s'éloigner de chez lui. Et dire qu'il était si content de lui même, maintenant qu'il a retrouvé son Schlingue et sa femme, il n'a plus aucun souci à se faire de ce côté.   Il les aurait bien emmenés, mais son père, toujours là pour lui mettre des bâtons dans les roues, a bien sûr décrété que ce ne serait pas nécessaire, et Ramsay se retrouve une nouvelle fois seul en terre inconnue. Cerise sur le gâteau, il doit ensuite se rendre aux Jumeaux pour fortifier l'alliance avec la Maison Frey. Problème, ce sont les paysans des Frey qui viennent importuner ceux des Bolton. Il y a quelque chose qui cloche là-dedans, mais impossible de mettre le doigt dessus.

Le Bolton a donc placé des garnisons de soldats dans les villages environnant Fort-Griseaux. Enfin, qu'ils environnent Fort-Griseaux ou non, c'est difficile à dire, puisque Ramsay ne saurait même pas placer ce château sur une carte. D'autant que la maison Reed a toujours du mal à admettre la gouvernance des Bolton sur le Nord. Lord Reed était très proche du père Stark. Heureusement que Sansa est revenue à Fort-Terreur sans que cette histoire ne se sache, sinon les Bolton auraient perdu l'allégeance des Reed pour toujours. De toute façon, Ramsay s'est assuré que cela n'arrivera plus, pas avec l'aide de Schlingue du moins. Il est presque sûr que l'ex-Theon Greyjoy ne se soulèvera plus contre lui. Il a dû comprendre que la seconde chance qui lui offerte était signe d'une extraordinaire miséricorde, et qu'il en serait autrement la prochaine fois qu'il trahira. Ramsay s'en est assuré, et il lui semble s'être montré très clair.

Il reprend vite la route vers le Conflans, parce qu'arriver en retard risquerait de s'avérer malvenu. Surtout qu'il l'est déjà, en fait. Ces histoires de paysans ont mis plus de temps que prévu à se régler. Il a fallu se débarrasser d'un soldat Frey qui était venu faire on ne sait quoi dans un village du Neck. Ramsay l'a pris personnellement, a écorché le malheureux et a laissé pendre son cadavre sur la place du village. Au moins, maintenant, tout habitant du Conflans qui viendra dans le Nord saura qu'il ne faut pas se frotter aux Bolton. Par contre, Walder Frey saura aussi qu'on ne peut pas faire confiance au fils Bolton en terme de ponctualité.

Il atteint la forteresse des Frey où semble régner une grande agitation. Apparemment, il est assez attendu. Après avoir attaché son cheval à l'écurie, il trouve rapidement la grande salle, guidé par les braillements qui s'en échappent. Il reste un moment à la porte, écoute le discours du Lord des Jumeaux, un sourire aux lèvres, et fait son entrée dans la salle de banquet. Il salue obséquieusement Walder l'attardé et prend la place qui lui semble attitrée, à côté d'un chevalier au visage à demi-brûlé et pas franchement très joyeux. Ramsay lui adresse un grand sourire, et regarde autour de lui. Son regard se trouve attiré par une boîte recouverte d'un drap à l'effigie de sa maison, qu'il ordonne à ses soldats de découvrir. C'est une cage avec un fauve, qu'il n'a jamais vu — mais on ne voit de toute façon pas beaucoup de fauves, dans le Nord.

« Qu'est-ce que c'est que ça ? demande-t-il au maître de maison en désignant le félin qui tourne dans sa cage.
Un cadeau pour vous, messire, répond hypocritement Walder, c'est un léopard originaire d'Essos.
Oh, intéressant ! Alors j'imagine que vous ne verrez aucun inconvénient à ce que je lâche ce léopard sur vos paysans qui tentent de voler les miens ? Nous verrons alors s'il est si féroce qu'il en a l'air. », lâche-t-il dans un sourire. Il fait un tour de table du regard et aperçoit les laiderons qui servent de filles à Lord Frey. Il leur lance à elles aussi un sourire en réponse à leur minauderies et s'adresse ensuite à son hôte, guilleret et particulièrement peu soucieux des convenances :

« Vous ne pouvez imaginer à quel point je suis heureux d'avoir épousé la fille Stark ; elle est bien plus belle que vos filles, qui sont plus laides les unes que les autres. »

Il lève son verre à Frey, ravi de son effet et de voir les sourires s'évanouir sur les visages de la majorité des convives. Ramsay se tourne ensuite vers son voisin de table :

« Et vous, qui êtes vous ? Je dois dire que vous êtes presque aussi laid que les filles de Frey, mais peut-être pas autant que cet homme que j'ai écorché tout-à-l'heure. Mais dites moi, qu'êtes-vous venu faire ici ? »


(c) Codage par Neph




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maison
Messages : 9
Date d'inscription : 31/08/2018
Multi-compte(s) : Aucun
Feat : Rory McCann

Feuille de personnage
Titre: Aucun
Âge: 32 ans
Situation amoureuse: Célibataire
MessageSujet: Re: Et pendant ce temps là dans le Conflans (Ramsay) Mar 4 Sep - 19:53



Et pendant ce temps là dans le Conflans
Ramsay Bolton • Sandor Clegane


Clegane observa l'arrivée du fils Bolton avec étonnement. Il s'était attendu à ce que le fiston du gouverneur du Nord se ramène dans une tenue de brocart en soie ou autre du même genre. Clegane avait encore en tête la cour du Donjon Rouge à Port-Réal. Dans son esprit, les puissants du royaume s'affichaient toujours dans de riches atours, façon Joffrey ou Renly. Mais visiblement la réputation des austères hommes du Nord n'était pas usurpé. Bolton fils était engoncé dans ses cuirs, façon bourreau. Lorsqu'il prit place à la table aux côtés de Clegane, le Limier fut tout tendu, il pensa intérieurement : « Sandor, serre les dents et serre les fesses. Joue le coup en douceur, il faut t'attirer la faveur du rejeton de Fort-Terreur. C'est peut-être de son bon vouloir que dépendra le choix de Roose Bolton, si oui ou non il prendra un soudard comme toi dans sa maison. » Le Limier ambitionnait effectivement de se trouver une place au Nord par instinct de survie. Les terres de la Couronne comme celles de l'Ouest lui étaient exclut depuis qu'il était en froid avec les Lannister. Quant au Conflans, on ne tarderait pas à le mettre dehors, vu le nombre de sbires de la clique du Trône de Fer qu'il avait étripaillé dans le coin. Le Nord était très loin de Port-Réal, il n'était pas un homme recherché là-bas.

Et en plus il y avait Sansa…

C'est d'ailleurs parce qu'il était en chemin vers Blancport, Winterfell et autre bourgade en vue, que Sandor avait fait halte aux Jumeaux, dernière étape avant de pénétrer dans le domaine des premiers hommes. Le fauve jaune tacheté de noir (Clegane avait déjà oublié le nom de la bestiole) fut offerte au Bolton et vu l'échange de paroles qui s'en suivit, Sandor devina déjà qu'il y avait un contentieux entre les deux partis présents. Il retint son souffle. Pas bon ça. Le rejeton Bolton n'allait pas être en de bonnes dispositions pour s'attarder sur lui si les choses dégénéraient dans la salle de banquet. Mais le pire vint lorsque Ramsay provoqua le maître des lieux en commentant le physique peu avenant de sa tripotée de filles. Le regard de Clegane, prit entre deux feux, ne cessait d'aller de Walder Frey à Ramsay Bolton, et de Ramsay Bolton à Walder Frey. Visez la tête de l'héritier du Nord : sourire malsain et yeux démoniaque. Visez la tête du seigneur des Jumeaux : Walder Frey sur le point de tout paumer, de toutes les façon possibles. Vous voyez ses artères qui se gonflent ? Vous voyez son visage qui passe du blanc cadavérique au violacé malsain en juste quelques secondes ? Dans l'assistance, silence de mort. Toute l'assemblée Frey observait Ramsay carrément bouche bée. Les simples paroles de Bolton avaient fait décroître tout le brouhaha. Clegane jeta un regard circulaire à toute la foule. Bordel ! Cette satanée salle toute entière regardait dans leur direction. Le fauve dans sa cage poussa un feulement dans le style : j'ai-faim-bande-d'humains-emmerdeurs. Et avant même que Walder Frey n'ait pu rétorquer quelque chose, Ramsay questionna Sandor sur sa présence ici. Le Limier bafouilla :

« Et bien je... »

Il sentit cligner 100 paires de yeux braquées sur lui et le fils Bolton. Il répondit à Ramsay dans le vague, la tête tournée vers Walder Frey, il n'arrivait pas à détacher son regard du vieux. Le maître des jumeaux affûtait un regard « je-te-hais » vers l'héritier Bolton, tout en étouffant sa coupe de vin avec ses mains.

« ...je suis juste de passage, je m'en vais au Nord... »

Vu que Ramsay le questionnait, c'était son ouverture, le moment ou jamais pour vanter les mérites de la contrée afin de flatter le fils de Roose Bolton, et le convaincre de le débaucher comme nouvelle épée dans sa maisonnée. Clegane chercha en vitesse quelques compliments à balancer sur ce foutu pays lugubre et battu par les vents. Un connard dans l'assistance ne lui donna pas le temps de placer son baratin. Hosteen Frey, l'un des coriaces de la meute à Walder, se leva indignée en pointant un doigt accusateur vers Ramsay. Il couina :

« L'immonde bâtard ! Il ose dénigrer la vertu de nos sœurs ! Il nous prend à partie sous notre toit ! Je réclame vengeance pour l'affront ! Montre ton épée bâtard ! Voyons voir si elle peut faire jeux égale avec ma lame ! »

Le fâcheux s'avança à toute jambe vers la table du seigneur, dans le but de défier Ramsay. Le vieux Walder Frey leva un doigt en l'air pour donner ses consignes. Aussitôt une dizaine de Frey tombèrent sur Hosteen pour l'empêcher de faire un pas de plus. Ils durent se mettre à 15 sur lui pour le maîtriser. Walder Frey lança à Ramsay avec son sourire d'avaleur de couleuvres et fier de l'être :

« Excusez le, il ne sait pas ce qu'il dit. Tout ceci est un regrettable incident, on en rigolera tous en y repensant dans 10 ans ! »

Walder leva un autre doigt en l'air pour donner ses consignes à son troupeau. Tous ses marmots se mirent à faire « ah ah ah ! » sans conviction. Sandor songea que le vieux devait avoir cruellement besoin de l'alliance avec le Nord pour tolérer l'affront de Ramsay et tenter de calmer le jeu. Il avait gagné gros en dessoudant Rob Stark, il risquait gros s'il réservait le même sort à Ramsay Bolton. Sandor profita d'un instant de flottement alors qu'on évacuait manu militari Hosteen Frey en train de glapir pour converser avec Ramsay :

« Et sinon dans le Nord ? Y'a eut du sauvageon selon les bruits qui courts ? Le Baratheon s'est fait rétamer dans la neige j'ai apprit dans une taverne ? Ça le fait non ? Votre père ne chercherait pas par hasard des gaillards qui savent soulever une épée pour les guerres à venir ? Car voyez-vous, il se trouve justement dans le Conflans un honnête homme d'armes aux talents par trop euh…. inemployés. »

Sandor fit un clin d'oeil à Ramsay et un laaaarge sourire. Effet manqué. Zéro pointé pour le type honnête. Sandor tourna vite fait son attention vers Walder Frey. Il se bichonnait son couteau avant de le planter dans sa viande avec brutalité. Ça se voyait que le vieux était en train de fantasmer sur 999 façons de tuer Ramsay.
Fiche codée par NyxBanana


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chien fou
avatar
Maison
Messages : 116
Date d'inscription : 25/07/2018
Multi-compte(s) : Amareil Serrett & Ceryl Kandaq
Feat : Iwan Rheon

Feuille de personnage
Titre: Fils de Roose Bolton, héritier de Winterfell, de Fort-Terreur et du Nord
Âge: 21 ans
Situation amoureuse: Marié à la merveilleuse Sansa Bolton
MessageSujet: Re: Et pendant ce temps là dans le Conflans (Ramsay) Jeu 6 Sep - 16:46


Et pendant ce temps là dans le Conflans


Ft Sandor Clegane


Finalement, ce n'est peut-être pas en insultant les paysans et les filles de Frey que Ramsay va réussir à consolider l'alliance entre les deux maisons, c'est plutôt le meilleure moyen pour déclencher une tension. En même temps, quelle idée a eue Roose de l'envoyer ici ? Il devrait pourtant savoir que la diplomatie est l'un des domaines que son fils maîtrise le moins. Cela implique de prendre grand soin de ne point froisser l'autre — ce dont Ramsay est incapable — et de le brosser dans le sens du poil — ce qu'il ne sait pas non plus faire. Il aurait mieux valu envoyer quelqu'un d'autre, ou s'envoyer lui-même, plutôt que de demander au bâtard Bolton d'aller dans le sud, alors que tout le monde sait qu'il déteste le sud, pour en plus lui demander de discuter avec une maison qu'il méprise. Il faut dire, néanmoins, que la majorité des personnes avec un minimum d'éducation et de jugeote méprisent la maison Frey. Enfin, Ramsay pourra au moins tirer de cette mission un bon souvenir, celui de s'être amusé ; mais il ne faudra pas venir lui reprocher quoi que ce soit si Nord et Conflans sont en guerre ensuite. Walder Frey n'a qu'à pas être susceptible, voilà tout. Ce ne sont que des provocations, rien de bien méchant.

En tout cas, ni le seigneur des Jumeaux ni ses fils et ses filles ne semblent ravis de l'affront que l'héritier Bolton leur a fait. Mais de quoi se plaignent-ils ? Ils n'a pas insulté les fils, seulement les filles, qui méritaient ces insultes, il faut se le dire. Ce n'est tout de même pas de la faute de Ramsay si elles sont plus horribles les unes que les autres, si ? Et puis, si les paysans ne venaient pas importuner ceux du Neck, il ne les menacerait pas, tout simplement. Ce n'est que le juste retour des choses.

Son voisin  est peut-être un chevalier, à en juger par son armure — ou bien un mercenaire, ou n'importe quel homme assez riche pour s'acheter une armure, donc disons simplement l'homme riche au visage brûlé. Oh, mais en fait, Ramsay le connaît, ne serait-ce que pour avoir vaguement entendu parler de lui. On avait dit avoir vu le Limier, à Winterfell, le jour où la famille royale est venue demander à Ned Stark de venir à Port-Réal. Ramsay n'était pas là, bien sûr, mais tout le monde en avait parlé pendant presque une lune. On ne voit pas souvent ce genre d'évènements, dans le Nord, et il faut bien s'occuper pendant les périodes creuses. Le Limier, de son vrai nom Sandor Clegane, avec sa moitié de visage brûlée. Il ne doit pas y avoir tellement d'hommes à avoir le visage semi-brûlé. Bien sûr, ce pourrait ne pas être lui. Mais cela semble étrange que n'importe qui soit invité à la table de Walder Frey. Ce n'est sans doute pas n'importe qui.

« Et bien je... » Pas très éloquent, le-peut-être-Limier. Il faudrait qu'il se délie la langue rapidement, sinon cela risque de s'avérer très ennuyeux d'être assis à côté de lui. Ramsay déteste s'ennuyer. Mais il sait délier les langues, alors cela ne tombe pas si mal. « ... je suis juste de passage, je m'en vais au Nord...
Ah vraiment ? Et que venez-vous faire, au Nord ?
L'immonde bâtard ! Il ose dénigrer la vertu de nos sœurs ! Il nous prend à partie sous notre toit ! Je réclame vengeance pour l'affront ! Montre ton épée bâtard ! Voyons voir si elle peut faire jeux égale avec ma lame ! »

Ramsay cesse tout-à-coup de bouger et tourne doucement la tête vers l'importun. C'est un fils Frey. Lequel, il ne sait pas, il y en a trop pour qu'il ne les connaisse tous, et puis ce n'est pas comme si cela lui importait, de savoir s'il s'adresse à Walder, Waldron ou n'importe quel abruti avec un nom qui commence par W. Il repose doucement son verre de vin, sans un bruit.

« Bâtard, vous dites ? Oh mais j'aime mieux être un Snow plutôt qu'un Frey, je crois que nous sommes moins méprisés que vous dans le Nord ! Surtout que je ne suis plus un Snow, alors surveillez vos paroles, pauvre idiot.

Il tente de cacher sa rage d'avoir été traité ainsi de bâtard derrière des beaux discours mais le regard meurtrier qu'il lance au fils Frey ne ment pas. Il déteste qu'on lui rappelle sa position. Il déteste encore plus lorsque ce sont des gens comme cet homme là qui le lui rappellent. Des gens de haute naissance, peut-être, mais dont personne ne respecte le nom, dont la seule chose jamais accomplie est d'avoir massacré la femme, la mère ou bien le loup du Roi du Nord. Il sait que c'est son père qui a tué Robb Stark. Les autres n'ont fait que prendre ce qui restait.

En plus de ça, l'idiot portant le nom de Frey qui avait sorti son épée se fait maîtriser en vitesse par ses frères. C'est bien beau de porter un nom de noble lorsqu'il y a tellement d'héritiers avant nous qu'on est incapable d'imposer son autorité. Même son père — ou grand-père, ou arrière-grand-père ? difficile de le savoir — semble se moquer de lui, à raison, tout en assurant à Ramsay :

« Excusez le, il ne sait pas ce qu'il dit. Tout ceci est un regrettable incident, on en rigolera tous en y repensant dans 10 ans ! »

Le Bolton hoche la tête avec toujours le même sourire et un léger rire.

« Bien sûr. Ce n'était qu'une plaisanterie. »

Il ne parle pas de ce qu'il a dit, bien sûr — il n'a besoin ni de s'excuser, ni de se justifier — mais de l'affront que lui a fait le Frey. Les autres gamins se mettent à rire comme si la situation était drôle — pour Ramsay peut-être, mais pas pour eux. C'est sans doute pour ça que leur rire sonne si faux, même un sourd entendrait qu'il est forcé. Enfin, peu importe. Ces Frey ne présentent pas beaucoup d'intérêt, alors le jeune homme se tourne à nouveau vers l'homme au visage à moitié brûlé.

« Et sinon dans le Nord ? Y'a eu du sauvageon selon les bruits qui courts ? Le Baratheon s'est fait rétamer dans la neige j'ai apprit dans une taverne ? Ça le fait non ? Votre père ne chercherait pas par hasard des gaillards qui savent soulever une épée pour les guerres à venir ? Car voyez-vous, il se trouve justement dans le Conflans un honnête homme d'armes aux talents par trop euh…. inemployés. »

Très subtil, celui là. Enfin, pas besoin d'être subtil lorsqu'on veut seulement offrir ses talents d'épéiste. Ramsay ne sait pas si son père a réellement besoin de cet homme, mais après tout, ça ne pourrait pas lui faire de mal. Un soldat supplémentaire est toujours utile, et s'il ne l'est pas, il suffit de l'envoyer en première ligne dans n'importe quelle bataille contre les sauvageons. Par contre, il ne sera pas employé tant qu'il n'aura pas décliné son identité, cela ne fait aucun doute. Ramsay veut en avoir le coeur net : est-il, ou n'est-il pas le Limier ?

« En effet, il semble que quelques sauvageons soient stationnés dans le Don » Quelques sauvageons. Seulement trois bons milliers. Ce n'est pas tant que ça. « Mais c'est exact, nous avons défait le roi de l'Été. Il n'avait pas sa place dans le Nord, semblerait-il. Cela dit, une épée en plus ne serait pas de trop. Dès que je connaîtrai votre nom, bien entendu. »


(c) Codage par Neph




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Et pendant ce temps là dans le Conflans (Ramsay)
Revenir en haut Aller en bas
Et pendant ce temps là dans le Conflans (Ramsay)
Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Et pendant ce temps-là dans la boite de sardines. [PV : Craig Kamina]
» Pendant ce temps dans le reste du pays...
» [HRP] RP dans les RR
» "Un génie sommeille en moi. Malheureusement, il dort tout le temps"
» PENDANT CE TEMPS,LES AFFAIRES CONTINUENT.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Thrones RPG :: Westeros :: Le Conflans :: Les Jumeaux-
Sauter vers: